La vallée de Sans-soucis

Nous nous promenons quasiment tout les weekend,  je vais vous faire part de nos découvertes

Cet pendant, le weekend de pâques que nous avons découvert la vallée de Sans-soucis, suite à une publication sur un groupe dédié à la communauté de communes, de notre lieu d’habitation. Comme souvent nous sommes accompagné de ma cadette, de son mari et de son fils.

vallée-ss-souci.jpg

Doudou aime marcher, donc nous ne l’avons pas fait le parcours en entier, mais on a pu aller jusqu’à la cascade de l’écureuil, aller-retour 1h30, c’est suffisant pour un petit tout.

Buzz l’éclair fait fréquemment parti de nos excursions. D’ailleurs, je vais lui créer un Instagram : la conquête de Buzz. Venez le suivre, je donnerai le lien sur ma page Facebook.

Il a eu un atterrissage forcé.., mais il n’a pas eu de dégâts, c’est un pro Buzz!

Buzz l'éclair.jpg

 

Revenons à la vallée de Sans-soucis.

Un peu d’histoire :

Son nom date des années 1880, un instituteur retraité se fit ermite en ce lieu et y bâtit une maisonnette, dont on peut voir encore aujourd’hui quelques ruines. Ceux que le croisait (on le surnommait Georgy) disait qu’il vivait tranquille et « sans souci », si bien que l’expression finit à s’attacher à ces gorges paisibles, si apprécié de Guy de Maupassant lors de ces cures à Châtel-Guyon.

La vallée est drainée par le Sardon qui porte en cette partie de son cours le nom de ruisseau de Romeuf, en référence à un ancien village situé à l’amont. Vers 1910, l’ouverture de la voie de chemin de fer Riom/Châtel-Guyon justifia le captage partiel du Sardon, pour fournir l’eau à la gare de Châtel-Guyon et les locomotives à vapeur qui y stationnaient. Une prise d’eau fut alors aménagée sur le ruisseau, et un réservoir fut construit, qui alimentait les installations ferroviaires par une conduite d’eau souterraine. La fraîcheur du lieu permit aussi l’installation d’une usine à glaçons pour les grands hôtels de la station thermale. On parle aussi d’une source d’eau minérale aujourd’hui disparue sous la végétation, que les curistes venaient boire pour se soigner. La vallée essentiellement composée d’une forêt de feuillus est classée en Zone Naturelle d’Intérêt Écologique Faunistique et Floristique (ZNIEFF) de type 1.

 

La promenade :

Le GPS, trouve la rue de sans-soucis, facilement, qui est un quartier pavillonnaire,  au bout on découvre deux parkings, dont un d’une ancienne discothèque.

chazeron-sans souci.jpg

 

Au niveau du panneau de départ, on s’engage sur un large chemin devant les dernières maisons, il faut ignorer le chemin de droite en face des barrières et entrer dans la forêt de Rochepradière. À la patte d’oie partir à gauche en longeant l’étang. Poursuivre sur un large chemin forestier, qui longe le ruisseau du Sardon. À l’intersection 50 m après le pâturage dans une clairière, monter à droite, jusqu’à une intersection.

vallée sans soucis.jpg

 

Tourner à gauche jusqu’à une passerelle. Prenez la passerelle, puis à droite continuer jusque à la prochaine passerelle et on arrive à la cascade de l’écureuil.

Il y a la possibilité de continuer jusqu’au château de Chazeron qui se trouve sur la commune de Loubeyrat, sur le panneau ils annoncent 25min en temps de parcours.

 

 

 

Aimes-tu te promener? As-tu des préférences?

En tout cas, moi j’aime marcher, ça permet d’oxygéner mon cerveau et de diminuer le degrés de douleur. La nature permet aussi de faire baisser les tensions.

Avant d’avoir apprit à gérer la fibromyalgie, je marchai 5/10 min grand maximum, mais au centre anti-douleurs de Clermont-Ferrand, elles m’ont apprit à augmenter petit à petit la durée et maintenant quand je n’ai pas de crise, j’arrive facilement marcher 2h à mon rythme. C’est une victoire énorme, à mes yeux!

Quel sont tes astuces, pour aller mieux?